Discover What the World Thinks of U.S.

Obama Defends Himself

<--

Barack Obama l’a répété ce week-end : pour lui, la couleur de la peau n’est pas un « facteur déterminant » dans la course à l’investiture démocrate. Pourtant, il semble bien que l’ethnie, le sexe ou encore la catégorie socioprofessionnelle deviennent des critères de plus en plus décisifs dans le duel que se livrent depuis 17 semaines maintenant le sénateur de l’Illinois et Hillary Clinton.

A l’approche des primaires en Caroline du Nord et dans l’Indiana, la semaine prochaine, le contraste apparaît encore plus saisissant. Obama est en tête dans les sondages en Caroline du Nord, où vit une importante population noire, mais est à égalité avec Clinton dans l’Indiana. Dans cet Etat, son électorat se trouve dans les zones urbaines où est concentrée la communauté noire, par opposition à sa rivale, sollicitée dans les zones rurales et parmi la classe ouvrière, notamment chez les femmes. Ce sont ces divisions qui ont donné près de dix points d’avance à la sénatrice de New York lors de la primaire de Pennsylvanie, la semaine dernière. Ce succès a permis à Mme Clinton de rester dans la course, même si Obama la devance toujours dans le nombre de délégués en vue de la convention nationale démocrate d’août prochain à Denver.

Invité de la chaîne Fox News dimanche, Barack Obama a reconnu que l’ethnie « demeure un facteur dans (la) société ». Avant d’ajouter : « Est-ce que cela va être le facteur déterminant dans une élection générale ? Non, parce que je suis absolument certain que le peuple américain veut quelqu’un pour résoudre ses problèmes. » Le sénateur de l’Illinois a concédé qu’il devait faire plus pour faire grimper sa cote au sein de la classe ouvrière, particulièrement touchée par les difficultés économiques actuelles. « Je dois être plus présent. Je dois frapper à plus de portes. Je dois faire plus », a-t-il affirmé. Car, « je suis candidat face aux meilleurs des démocrates », a-t-il souligné, en référence à Hillary et Bill Clinton. Barack Obama s’exprimait alors que son ancien pasteur, le révérend Jeremiah Wright Jr, prenait la parole au dîner annuel de la NAACP, l’association américaine pour la défense des personnes de couleurs. Le révérend Wright avait fait irruption dans la campagne en mars à l’occasion de l’apparition sur l’Internet d’anciennes vidéos dans lesquelles il accusait le gouvernement américain de racisme et d’avoir inondé de drogue les quartiers à majorité noire. Des propos qui avaient conduit Obama à se démarquer publiquement de son ancien pasteur.

Dimanche, le révérend de Chicago s’est défendu d’accentuer la division et les tensions raciales aux Etats-Unis. « Je ne suis pas dans la division », a-t-il assuré. « Je suis plutôt dans la description. » « Dans le passé, on nous a appris à voir ceux qui sont différents comme des gens un peu déficients. Je pense qu’un changement va intervenir car beaucoup d’entre nous sont déterminés à changer la manière de voir ceux qui sont différents. »







Leave a comment