Discover What the World Thinks of U.S.

What My Democrat Friends Can't Say

<--

Ce que mes amis démocrates ne peuvent pas dire

Obama vs. Romney. Voici la huitième campagne présidentielle que je suis depuis les États-Unis. À la veille de la convention démocrate, rien n'est joué.

Je relève au moins quatre commentaires que mes amis démocrates ne peuvent pas faire cette année. Et je sens bien que cela les rend malades.

1) "Mitt Romney est un imbécile"

En son temps, Ronald Reagan s'est fait qualifié d'imbécile par une bonne partie de presse intelligente américaine et parisienne. George W. Bush, en dépit de ses diplômes de Harvard et Yale était forcément un idiot, puisqu'il se disait texan. Sa syntaxe, comme celle de son père du reste, était incorrecte. C'était donc la preuve manifeste de sa niaiserie...Surtout ne jamais parler de la syntaxe de Bill Clinton...

Bob Dole (qui s'était présenté contre Bill Clinton en 1996) était un vieux. Sous-entendu "un vieux con". Le fait qu'il ait été un des hommes politiques les plus drôle de sa génération a été tenu secret des lecteurs français. On peut dire exactement la même chose de John McCain qui avait osé se présenter contre Barack Obama il y a quatre ans.

Mitt Romney change de position sur de nombreux sujets au fil des ans, mais il respecte la grammaire. Sujet, verbe, complément...il connaît. Sa carrière brillante dans la finance est présentée comme la preuve de sa cruauté capitaliste. Dommage que par ailleurs elle démontre implicitement qu'il n'est pas un benet complet. Il faudra donc trouver autre chose pour dézinguer cet homme qui ose barrer la route à l'infaillible Barack Obama.

2) "Le message démocrate est positif"

La publicité négative est pratiquée par les deux camps depuis longtemps. Les républicains sont souvent meilleurs sur ce triste terrain. Mais les démocrates cette année ont pris l'initiative: l'été a été caractérisé par un tir de barrage massif de publicités négatives plus ou moins directement approuvées par la campagne de Barack Obama. L'objectif: définir Mitt Romney, cet inconnu du grand public, comme un méchant milliardaire, un cruel capitaliste, un mormon dangeureux.

Il est stupéfiant qu'en dépit des millions de dollars ainsi dépensés dans cet effort, Mitt Romney soit pratiquement aussi populaire que Barack Obama.

3) "Les républicains ont bloqué les réformes d'Obama"

Le secret le mieux gardé par la presse pro-Obama: le parti démocrate controlait tous les pouvoirs à Washington durant les deux premières années du mandat de Barack Obama. Ce n'est qu'en novembre 2010 que les démocrates ont perdu le contrôle de la Chambre des représentants. Aujourd'hui encore, les démocrates contrôlent le Sénat.

Pour autant en dépit des majorités de son propre parti dans les deux chambres du Congrès, Barack Obama n'a jamais pu faire adopter son budget ! Ce ne sont pas les républicains qui ont bloqué les réformes du Président. Ce sont les démocrates. Mais surtout il ne faut pas le dire.

Parmi ces réformes bloquées: des augmentations d'impôts, des hausses de dépenses publiques, des privilèges supplémentaires promis aux syndicats, une intervention plus directe de l'État fédéral dans la santé, des règlementations plus envahissantes pour les entreprises.

4) "La politique étrangère de Barack Obama est un succès"

Barack Obama a reçu en 2009 le Prix Nobel de la Paix. Comme il n'avait encore rien fait en matière diplomatique, on peut dire qu'il a reçu ce prix "à titre préventif". Le seul fait d'être "Barack Obama", c'est à dire "l'anti-Bush", a justifié aux yeux de l'académie de Stockholm qu'on lui accorde cet honneur. Quelle a été depuis la contribution de Barack Obama à la paix dans le monde ?

Sa main tendue à Vladimir Poutine ? un échec. Sa main tendue à l'Iran ? un échec. Sa main tendue aux "islamistes modérés" ? pas vraiment un succès. Son dialogue avec la Chine ? aucun résultat tangible, ni en matière diplomatique, ni en matière économique. Sa main pas tendue du tout à Israël ? elle n'a pas donné plus d'influence à l'Amérique au Proche Orient.

Guantanamo n'est pas fermé. Plus de 160 prisonniers y sont encore. Des américains meurent encore en Afghanistan aujourd'hui. En Libye, pour détrôner Khaddafi, les américains ont traîné les pieds. Barack Obama a-t-il mérité son Prix Nobel ?

J'attends que mes collègues, experts en matière diplomatique, répondent à cette question.







Leave a comment