Discover What the World Thinks of U.S.

‘Dreamers’: Trump Makes a Pact

This meeting of the minds is a sign that Trump quickly regretted having repealed, just 10 days ago, the decree by which former President Barack Obama made these “Dreamers” immune from deportation and allowed them to live, work and study legally in the United States.

<--

Trump pactise

Donald Trump, tout à coup apôtre de la collaboration bipartisane ? Plutôt l’un des présidents américains les plus décousus que le pays ait jamais connus. L’homme n’a jamais été que dangereux depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Voilà qu’il s’amende sur la question des « Dreamers » et qu’il pose un geste utile en pactisant avec les démocrates, par calcul et par intérêt. Les républicains se déchirent ? On s’en réjouit.

La vie politique américaine repose comme nulle autre sur l’art du marchandage. Et c’est nécessairement sous cet angle qu’il faut en partie lire la communion d’esprit qui a réuni cette semaine le président Trump et les leaders du Parti démocrate autour d’un projet d’accord destiné à régulariser, contre renforcement d’un certain nombre de mesures de sécurité frontalière, la situation des 800 000 sans-papiers arrivés enfants aux États-Unis.

Une communion d’esprit qui est le signe que M. Trump a vite regretté d’avoir abrogé il y a dix jours le décret par lequel l’ex-président Barack Obama avait mis ces « Dreamers » à l’abri de l’expulsion en leur permettant de vivre, de travailler et d’étudier légalement aux États-Unis. Et qu’il s’est vite rendu à l’évidence que la majorité républicaine au Congrès n’arriverait à rien dans les six mois qu’il lui avait impartis pour trouver une solution de rechange.

L’échec de la stratégie « d’abrogation et de remplacement » de la loi sur la santé (l’Obamacare) a laissé des traces. Il a montré à quel point il n’y a plus seulement deux, mais trois partis au Congrès, compte tenu de l’état de division dans lequel se trouvent les républicains entre modérés et ultraconservateurs.

D’où ce rapprochement contre nature entre la Maison-Blanche et la minorité démocrate… M. Trump prend acte, du moins ponctuellement, et se trouve donc à faire un pied de nez à son propre parti — si tant est que le Parti républicain est vraiment le sien. On ne peut pas oublier qu’il en est devenu l’année dernière le candidat à la présidence américaine contre la volonté absolue de l’establishment du Grand Old Party. L’occasion est trop belle pour lui de lui rendre aujourd’hui la monnaie de sa pièce. M. Trump est son propre parti. Il est capable de tous les marchandages.

La stratégie pourrait faire des petits autour d’autres initiatives législatives — ou non. À partir du moment où les démocrates s’entendent avec M. Trump et acceptent de l’appuyer en bloc, le président n’a plus besoin que d’une partie des voix républicaines pour obtenir une majorité au Sénat et à la Chambre des représentants. Le débat sur les « Dreamers » va tester cette approche. Qu’elle fonctionne, et d’autres accords viendront.

Négociant avec l’ennemi, le président s’est attiré les foudres des ultras, qui l’accusent d’édulcorer ses positions anti-immigration et de reculer sur la promesse clé de sa campagne présidentielle : la construction du mur à la frontière mexicaine.

Sa base électorale s’en trouve « irréparablement détruite », a prophétisé Steve King, un élu de l’Iowa aux positions férocement anti-immigrantes. « Si nous n’obtenons pas le mur, alors je préférerais avoir le président Pence », a réagi l’imbuvable commentatrice Ann Coulter.

Si, pour l’heure, M. Trump a choisi de contourner ces voix hystériques qui voient en lui leur sauveur, le fait est pourtant qu’il aura amplement le temps de renouer avec ses positions anti-immigration les plus virulentes. Il n’a pas fini de nous faire peur. Ses sensibilités ultranationalistes sont épidermiques et ses penchants pour l’extrême droite, indécrottables. Sa compassion pour les « Dreamers » est l’exception qui confirme la règle.







Leave a comment